top of page
  • Photo du rédacteurMonsieur Saké

L'Harmonie du KANADEL Junmai Daiginjo Orikarami pizzicato

Dernière mise à jour : 8 avr.



Le KANADEL Junmai Daiginjo Orikarami Pizzicato est brassé au Gakkogura, une ancienne école transformée en brasserie-école et une annexe-laboratoire du Obata Shuzo fonctionnant entièrement aux énergies renouvelables.




L’école primaire située à Nishimikawa sur l'île de Sado et décrite comme «l’école primaire avec le plus beau coucher de soleil du Japon» est fermée pour cause de dépopulation.



En 2014, Mme Rumiko Obata, propriétaire de Obata Shuzo, acquiert le bâtiment et le transforme en école de brassage du saké nommée GakkoGura (La brasserie école) 尾畑 学校蔵 酒蔵. Chaque été, des formations y sont offertes aux japonais et aux visiteurs étrangers.



On y brasse le saké exclusivement à partir de riz cultivé à Sado et avec l’aide d'énergies renouvelables.


Avec les restrictions de déplacement pendant la pandémie, le GakkoGura a moins servi de lieu de formation que de laboratoire. L’exploration est devenue la deuxième vocation du lieu.

C’est qu’en sélectionnant les ingrédients, en modifiant la méthode de brassage et surtout en ajustant la température, on explore la gamme des arômes et des saveurs possibles à la recherche de nouvelles tonalités.



Dans ce contexte, depuis 2022, la brasserie école produit la série «かなでる / KANADEL». 奏でる (かなでる) veut dire jouer d’un instrument à cordes.


Monsieur Saké a choisi de présenter le Kanadel Junmai Daiginjo Orikarami Pizzicato. Il est produit avec le riz Koshitanrei poli à 50%.



Kanadel Junmai Daiginjo Orikarami Pizzicato

C’est un Orikarami parce qu’après le pressage (filtration), le KANADEL est stocké sans pasteurisation et sans retrait des sédiments, ce qui en fait un Origarami 滓がらみ. Ainsi, le saké demeure en contact avec les sédiments de la lie dans la cuve de maturation. Les levures mortes contenues dans ces sédiments se décomposent lentement en acides aminés enrichissant ainsi l’umami du KANADEL.

Le KANADEL Junmai Daiginjo Orikarami Pizzicato n’est pasteurisé qu’après avoir été embouteillé, après même qu'une légère fermentation secondaire se manifeste dans la bouteille et qu’elle produise une légère effervescence, d'où l'appellation Pizzicato; en restant sur le thème des instruments à cordes.


Les Orikarami, parce qu’ils contiennent des sédiments, demeurent un peu brouillés, mais pas autant que les Nigori.


Le design de l’étiquette s'inspire des merveilles naturelles de Sado; la silhouette des montagnes, la mer généreuse, la plaine fertile d’abondantes récoltes harmonieusement présentées en portée musicale sous le soleil d’or.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page